SALLE DE LECTURE

"Bredoulocheux"
(dans Lewis Carroll
De l’autre côté du miroir 
et ce qu’Alice y trouva
, 1871)

BREDOULOCHEUX

 
Il était reveneure ; les slictueux toves
Sur l’allouinde gyraient et vriblaient ;
Tout flivoreux vaguaient les borogoves ;
Les verchons fourgus bourniflaient.
 

“Au Bredoulochs prends bien garde, mon fils !
A sa griffe qui mord, à sa queue qui happe !
Gare à l’oiseau Jeubjeub, et laisse
En paix le frumieux, le fatal Pinçmacaque !”

 
Le jeune homme ayant ceint sa vorpaline épée,
Longtemps, longtemps cherchait le monstre manxiquais,
Puis arrivé près de l’arbre Tépé,
Pour réfléchir un instant s’arrêtait.
 

Or, tandis qu’il lourmait de suffèches pensées,
Le Bredoulochs, l’œil flamboyant,
Ruginiflant par le bois touffeté
Arrivait en barigoulant.
 

Une, deux ! une, deux ! Fulgurant d’outre en outre,
Le glaive vorpalin perce et tranche : flac-vlan !
Il terrasse la bête et, brandissant sa tête,
Il s’en retourne galomphant.
 

“Tu as tué le Bredoulochs !
Dans mes bras, mon fils rayonnois !
O jour frableux ! callouh ! calloc !”
Le vieux glouffait de joie.
 

Il était reveneure ; les slictueux toves
Sur l’allouinde gyraient et vriblaient ;
Tout flivoreux vaguaient les borogoves ;
Les verchons fourgus bourniflaient.